Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Historique

Le passé du territoire

appelé Ausonio (Empire Romain), devenu Ausson le chemin (vers l’an 1300), puis Auxon, puis Auxon - Dessus.( parce que près de la source - référence hydrographique)

D’après les objets retrouvés et la position des ruines assez mal localisées et mal protégées, il semble que l’habitat sur le territoire d’AUXON soit très ancien.
Une hachette en pierre polie qui a été trouvée sur le territoire de la commune, qui serait en dépôt au musée de BESANÇON atteste de cette ancienneté préhistorique. Depuis, une dizaine de pierres taillées ont été retrouvées.
 

Il est indiscutable qu’une voie romaine traversait le village, venant de Besançon elle allait vers Langres, traversait le bois de Chailloz, descendait sur l’emprise de ce qui est actuellement la rue des Vignes, pour rejoindre en ligne droite la route de CUSSEY. Cette voie a été probablement empruntée par Jules César lui-même qui a “ peut-être” bu de l’eau de la source d’Auxon.
Le long de cet axe l’on aurait retrouvé les ruines d’un monument dédié aux Dieux Apollon et Mercure, les ruines d’une villa romaine et d’autres constructions.


Il est probable que le petit village existant à l’époque du Bas-Empire romain a été détruit lors des invasions barbares des Burgondes et des Huns (début pendant l’hiver 406, alors que le Rhin était gelé, permettant le passage à sec des hordes d’envahisseurs.)
 

L’évolution de l’ habitat sur ce site a repris après un silence de plusieurs siècles.
Une première église datait du Bas-Empire Romain , en piteux état après les invasions elle ne fut restaurée qu’en 1741 sur ordre de l’Archevêque Antoine de GRAMMONT.

Le territoire fut repris par le chapitre de l’Archevêché de Besançon qui permit la réinstallation progressive jusqu’à la fin du 18ème siècle, de trente feux ( ménages) . Le village était essentiellement agricole: 14 charrues, 4 chevaux, 100 bètes à cornes avec une récolte en 1773 de 3700 “boisseaux”(1) de grains divers et “54 muids”(2) de vin pour l’année .(3)

Il est difficile de trouver des traces de la période révolutionnaire.

La guerre de 1870 fut particulièrement violente pour le village et Cussey sur l’Ognon, avec trois jours de combats entre l’armée de Bourbaki composée de cavaliers et de tirailleurs ( 2 compagnies de zouaves français, 1 bataillon des hautes alpes et 1 de la haute garonne,) et la cavalerie allemande du pays de Bade . Les arbres de nos forêts de pins contiennent encore beaucoup d’éclats d’obus. Il y eut 109 tués et 382 blessés.

Auxon connut également les guerres de 1914-1918 ( 10 Morts pour la France) et de 1939-1945 (actions de résistance, malgré l’existence d’une “Commandantur” dans le Château qui était encore à cette époque propriété de la famille du général J.M.Brulard (1856–1923)

L’ancienne école été construite en 1856.
La halte* P.L.M.(4) (gare SNCF qui vient d’être démolie) de la voie ferrée Besançon-Vesoul datait de 1876.
 Le “tacot”: ce terme populaire désignait le chemin de fer départemental qui fut installé aux environs de 1900 et qui s’arrêta avant 1930, concurrencé par l’automobile. Il venait de Besançon par Miserey et se dirigeait vers Geneuille .L’ancienne gare existe toujours (rue des Essarts.)

Auxon Dessus a depuis plusieurs siècles connu des problèmes d’approvisionnement en eau potable car la source appartenait au châtelain. Ce qui explique que l’on ait fait des captages au dessus du chemin du côteau, pour aller à l’ancienne citerne située au carrefour de la rue des Vignes et de la rue de l’Eglise.

Ensuite , la commune creusa deux puits de captage près de la source de la Roche et utilisa un réservoir situé chemin de la diligence. Ceci explique l’engagement d’un ancien maire Pierre CRETIN qui fut le fondateur principal du S.I.A.C.(5).Celui -ci distribue une eau de qualité exceptionnelle depuis sa fondation.

L’évolution démographique de la commune est récente: 159 habitants en 1954, 705 en 1982, plus de 1200 actuellement.

La possibilité d’accueil d’une nouvelle population est limitée du fait de la surface du territoire communal et des diverses contraintes (inférieure à 800 habitants.)

 


(1) boisseau: en latin bostia, environ 16 litrons soit 13 litres actuels
(2) le muid: en latin modius (mesure): 268 litres
(3) Archives épiscopales et départementales
(4) compagnie privée de chemins de fer: Paris-Lyon-Méditerranée
(5) Syndicat Inter-communal d’Auxon-Chatillon

 

Mentions légales - Site réalisé par Amenothès Conception